Comment fêter ceci ?

Ben c’est assez fréquent que se pose une telle question. Pour moi du moins. Assez ignorant des protocoles de réjouissances collectives, je ne sais jamais comment fêter ou juste “marquer le coup” quand tant de mes semblables paraissent si bien savoir comment s’y prendre quand ils marquent un but, qu’un joueur de leur équipe en marque un, ou quand ils ont vu l’un des joueurs de l’équipe qu’ils supportent en marquer un, quand c’est la centième fois que nos regards se croisent, mouillés de désir et d’extase, quand on obtient son permis de conduire, quand le compteur des amis de son compte FB plafonne à 5000, quand on fait sa première plongée sous-marine, que l’on fait bon dernier au critérium mais que l’on finit juste derrière l’avant-dernier et que l’on se sent fier car, voici déjà dix ans que l’on ne courait plus en compétition, quand on a vingt ans, 35 ou soixante, quand on se réjouit d’avoir fait une bonne action, affaire ou un bon mariage…

C’est arrivé le week-end dernier, dans ma boîte à courriel, un message hebdomadaire m’annonçait que ça y était, la barre des 2000 téléchargements des balados de Lyncée était franchie.

Bon ben, 2000, c’est considérable. Au moins autant qu’insignifiant. Pourtant, j’avais l’envie de te le vous partager. Alors voilà, c’est tout. Dans le même temps, un exemplaire papier et un exemplaire numérique de Douceur à l’état Brut, se vendaient sur le site de Bookelis.

Comme quoi, le libre ça a du bon !

Récemment, à l’instar d’artistes bien plus sollicités, les 3 dates programmées se déprogrammèrent dans le grand confinement. Durant la semaine de réflexion dont tu lis ici, une sorte de compte rendu non abouti, un diplôme d’honneur fut décerné à Lyncée pour un poème du dernier recueil dont je te laisse deviner le titre et qui sera très prochainement dans tes zoreilles si tu l’y glisses. C’est une sorte de lot de consolation pour qui aurait besoin de se voir consoler de n’être primé.

Cela fait du bien tout de même !
Déjà, par l’absence de nuisance et puis, parce que.

Si comme Lyncée, tu brûles d’envie de le faire savoir, emploie donc le moyen de ton choix des clameurs à tes fenêtres aux commentaires carrément flatteurs sur les réseaux sociaux bourrés de liens vers lyncee.me, avec ou sans don via PayPal, en évitant les pétards et autres consommables pas si responsables que ça, fais-toi plaisir.
Si tu as des idées pour m’indiquer comment on peut procéder pour fêter ce genre de non événements, laisse aller ton inspiration dans les commentaires…

Au plaisir

Spread the love / propageons l'Amour
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *