Un beau recueil de poésie pour un Euro seulement !

Il est beau et en promo !

Il trépignerait presque de te rencontrer, que tu le glisses dans la bibliothèque de tes lectures à venir. Que tu le guettes en te demandant à quel moment tu l’ouvrira, si tu le liras de la première à la dernière de ses pages ou si tu viendra y piocher par ponctions comme on puise à la source ou déroule le papier de son gâteau chinois.
Impassible, il ne trépignera donc pas. À toi de t’en saisir, de l’ouvrir, de cheminer à lui dans son ensemble, ses ensembles et puis, en chaque ver.

Tu voudrais bien y trouver quelque chose comme un bon mot pour la soirée chez Pascale vendredi, il est fait pour ça, avec plein de poèmes fins dedans.
Tu veux illuminer ton homme d’un sensible tant qu’ardant style décharné et soyeux à ta bouche prude, ce recueil te ravira l’essence de ton être, pour te la retourner rayonnante et vibrionne, avec toute la chair vive et sa désincarnation maximale.
Tu dois, du moins le crois-tu, paraître instruit du fond des âmes, des cœurs pour traverser l’été et aborder la rentrée prochaine qui t’angoisse, mais moins que la possibilité de ne vivre cette rentrée, Douceur à l’état brut te transportera bien là et dans tous les ailleurs, les par delà les cœurs.
tu es ravi(e) de vivre, chaque instant est une palpitation universelle chaque fois plus radieuse, ton âme en paix propage l’amour en prière de vie, en vague de contagion bienveillante à tout, ce recueil sera ton carburant de poésie à lire et à relire.
Bien plus encore, enfin, si tu le veux.

Tu l’auras bien compris, je n’irai pas plus loin, le reste parle de lui-même avant tout.

À la suite d’un entendement moyen de la manière d’organiser une promotion chez son imprimeur à la demande, bien que l’accessibilité soit à présent exemplaire, c’est entre le 8 et le 22 juillet que tu peux t’offrir ou offrir à qui tu le désires Douceur à l’état Brut pour 0,99 € dans sa version numérique. Une telle offre ne se peut que sur l’occasion au format papier et, l’on n’a pas encore eu vent de ce marché !

Si le format papier à ta faveur, tu peux te le procurer ainsi :
en librairie avec la liste qui ne demande qu’à s’enrichir, et tu peux y contribuer si tu es bien avec ton.ta.tes libraire.s ;

en le commandant chez Bookelis qui se fera un plaisir d’appuyer sur le bouton déclenchant son façonnage avant qu’une gentille paire de main le glisse à la poste.


Le meilleur passage de la réclame, à mon sens, est l’aiguillon mercantile (marketing) qui réuni tous les bons sens comme on aime :
“le reste parle de lui-même avant tout.”
Est-ce également ton préféré ?


Le prochain article sera sonore. Je crois.

Aux plaisirs des possibles

La poésie de Lyncée sous-cotée – Top 10 des balados de Lyncée incontournables bien que méconnus !

De la poésie de Lyncée sous-coté – on dit aussi méconnue !

Top 10 des balados de la poésie de Lyncée sous-cotée en toute objectivité injustement peu écoutés :

  • Sous toutes latitudes – pour sa véracité transfigurée !
  • L’amour à fleur de danse – parce que c’est bon quand on danse
  • Ça va chialer dans la chaumière – un peu comme dans toute les chaumières à un moment. Alors on chante de la chanson qui se lamenterait aussi un peu.
  • Premier bouquet de toi – comme l’amoure affleure les sens
  • Au bal des étoiles – dans sa naïveté crue pour les rêveurs qui se perdent dans les bras aimés comme ils se sentent perdus dans l’univers si vaste d’une première fois nouvelle.
  • Croque-amour – un portrait cinglant autant que juste de l’être aimé pas si juste.
  • Modèle absent – sculptrice interdite – pour son goût de l’expérience, félicite l’enfant créateur solitaire !
  • Sumere – pour l’audacieux néologisme latiniste accessible aux non latinistes comptant ton serviteur.
  • Excuses révérencieuses – avec la révérence et les excuses en adresse d’un cœur honnête à tous les cœurs croisés.
  • Enfant de lumière – pas si tant délaissé mais méritant toute ton attention, celle de tes parents, de tes enfants, de tes amis, de leurs parents et leurs enfants à travers nos lignées des gratitudes.

Voici qui achève ce que, en ce 13 juillet 2020 du monde de pendant, j’ai cru bon de te partager en remontant de cette plongée qui restera exceptionnelle dans des chiffres que j’ai essayé de garder distants et pas seulement parce qu’ils ne permettent pas de brandir le rapport Médiamétrie en frimant !
La chance t’es ici offerte d’inverser les tendances de la poésie de Lyncée sous-cotée. Par là, celle d’embellir la face du monde et ses revers !

Bonne écoute à toi, en solo ou en bonne compagnie et au plaisir des rencontres plus ou moins réelles


Sous l’orage de la vie, en voir plus encore à la lumière de leur recueil Douceur à l’État Brut avant l’arrivée du son…

Méandres d’un 13 juillet de 2020 avec Lyncée

Veille d’une fête nationale quand le nationalisme me manque, que les sommes des patriotismes se sont tous annulés, qu’enfin des millions d’Euros en France demain et ailleurs bientôt ne vont pas partir en fumées pétaradantes et vaines autant qu’inutiles et polluantes, que la nuit fut brève dans un brin de tourment que je tente de pacifier depuis quelques semaines déjà, voici que, bon à rien d’autre, je me plonge dans les méandres statistiques du balado de Lyncée pour la première fois depuis son lancement en mars 2018.
Je ne t’en rapporterai que de grandes lignes et par bribes successives.
Je t’inviterai à l’action comme de commenter et noter les épisodes ou l’ensemble du balado sur le site, ton application ou ta plateforme favorite. Tiens, voilà que cet appel est déjà lancé !
Ben oui, dans les autres méandres de l’Internet ceux-ci, dont tu connais une part tout comme moi, Lyncée a grand besoin de se faire un peu plus repéré pour être lu et entendu. Ceci est propre à l’y aider car, sur le net, si on ne parle pas de toi, tu n’existe pas. Ce qui fait exister le plus ce dont on parle le plus ! Aussi absurde que ce soit, si tu veux plus de poésie dans ce monde virtuel, il est nécessaire d’en parler.

Accompagné de sa nouvelle secrétaire qui se reconnaîtra, il a mené une campagne de communication sur FaceBook que tu connais. Campagne assez mitigée forcément avec les scrupules et les limitations de ton serviteur, elle ne pouvait en l’absence de photo et vidéo être optimisée. Toutefois, elle a permis de voir la communauté des amis de Lyncée augmenter quelque peu sur ce réseau comme sur la lettre d’information de Lyncée. Merci à tous et merci de tous les relais que vous ferez des publications qui vous semblent valoir les quelques clics pour les faire connaître un peu plus.

Les temps du monde de pendant sont durs comme toujours (selon qui les vit), et si pour toi ils se vivent assez bien, que tu souhaites soutenir le travail de création pour la production sonore de ce contenu, c’est toujours possible en suivant les liens à dessein vers Tipeee ou Paypal.
Aucune monétisation ne viendra encombrer tes oreilles de publicités, ni même ta vue quand tu navigues sur lyncee.me et puis tant mieux !

J’en reviens aux premières bribes de ce qui peut éventuellement t’intéresser à propos de ton balado préféré (à ce que j’en sais) :

Douceur à l’État Brut cumule le plus grand nombre d’écoute. Normal, il est bien plus représenté que mon autre recueil qui ne compte que 15 poèmes.
– Presque la moitié des écoutes se font sur le site via un navigateur. Là, c’est une surprise pour moi qui, adepte du balado ne les écoute quasiment que sur mon application favorite podcast Addict.
– Tu écoutes le balado de Lyncée depuis 37 pays différents, quel voyageur tu fais ! Avec 3 pays francophones seulement dans les 10 premiers (je ne paie pas l’option qui permet d’avoir plus de statistiques) : France 79,6 %, Canada 1 %, Belgique 1 %. Un grand merci à tous, où que se nichent vos zoreilles ! Nos voisins suisses méritent tous nos prochains efforts de réclame…

Un peu plus de ces fameuse statistiques dans les prochaines nouvelles pour ne pas te lasser dès aujourd’hui !

Au plaisir


Sous l’orage de la vie, en voir plus encore à la lumière de leur recueil Douceur à l’État Brut avant l’arrivée du son…

La boucle bouclée avec Destination Moelleuse

L’ensemble des poèmes de ce recueil qui a été enregistré en 1998 est publié ; Destination Moelleuse qui donne le titre du recueil boucle cette parution.

Une prochaine étape si un peu de fonds la permettent sera la numérisation de la bobine qui aura assurément une bien meilleure écoute à offrir que celle de la cassette qui, retrouvée, m’offrit de te la partager ici, librement.
Si d’aventure cela se peut, l’écoute en sera réservée aux membres du blogue.

Merci encore à Jean-Luc si il se trouve que tu me lises car, je ne sais comment te joindre aujourd’hui et, merci de votre attention à tous.

La rentrée s’augure laborieuse en évolutions techniques imposées notamment, pour lesquelles des coups de mains pourraient se voir bienvenus, si tu vois ce que je veux ne pas dire vraiment, tout en appelant vivement ici !
Technique, avec la création d’un espace membres dont tu verras l’utilité très bientôt, des modifs d’envoi de cette lettre imposées par le fournisseur du script bien que les motivations me sont encore assez obscures et, la dissociation du fil RSS du recueil dont la boucle est bouclée de celui en cours dont la boucle court toujours dès les prochaines publications qui ne sauraient tarder… Ce, à fins d’améliorer l’expérience balado que ton fabuleux destin t’a conduit à découvrir chez Lyncée.
Fort enthousiasmante également, avec la préparation du deuxième florilège des poèmes à voix toujours aussi nue.

comme j’ai travaillé un peu cet été, une surprise t’attend dans les semaines à venir mais là, je n’en dirai rien de plus, c’est sûr…pour le moment…

à bientôt donc, avec tous tes amis auxquels tu auras donner l’envie de butiner du côté de par ici à l’occasion de tous les barbecues, apéros et autres rencontres que tu t’es offert cet été ou bien n’importe quand, dans l’amour de la poésie, de l’authenticité, non sans une certaine dose de dérision dans l’introspection que tu braves sans peur depuis qu’on se connaît

“Hoquet Poèteux et pas Que” – la suite des nouvelles neuves dans la vision de l’avenir de ce qu’il est permis d’envisager sereinement

Après la découverte du Jyn Gueule (l’ensembles des pièces du futur recueil que tu adores déjà en est pourvu à présent), la suite, la voici donc pour ces nouvelles et autres morceaux de projets…

Je t’ai préparé aussi, un format court pour venir en découdre, ton cœur et le mien, dans des salles prévues pour profiter de nous ensemble un bon quart d’heure. En plus le nom est super “Hoquet Poèteux et pas Que” !

Hoquet Poèteux et pas Que

La première date arrêtée est à noter pour l’après-midi du 25 mai au théâtre la Ruche. Bzzz… C’est au 8 rue Félibien à Nantes. Ne cherche pas Lyncée dans la programmation papier car, le tenancier, qui préfère conserver l’anonymat, m’avait zappé quand il a pondu le programme du festival de littérature Dernières Récoltes, dans lequel aura lieu cette petite intervention. Alors, il m’a glissé dans une fenêtre qui s’annonce des plus intéressantes à bien des égards… Un bon moyen de préserver l’anonymat de Lyncée donc !
Je t’en reparlerai assurément. Il est préférable de réserver donc, tête en l’air que tu es, oui, je t’en reparlerai…

D’autres dates à venir qui sait, surtout si tu as une idée, un contact très gentil, ne te gêne pas. Tu peux inviter Lyncée à animer sa poésie dans ton salon, au banquet de ton association, à ton café littéraire ou philo, à la clôture du séminaire de je ne sais quoi mais, c’est à voir… un peu partout où l’Argos peut le mener si tant est que nos calendriers se plaisent à partager.

Un format plus long est en préparation mais, j’en ai déjà trop dit oups !

Lancement des parties de Ping-pongs Littéraires – PPL – à vos plumes !

Retrouvez ici, en exclusivité pour le moment. Ouais !

En avant-première intergalactique ; Si Monsieur. Le plus grand jeu préféré des auteurs du monde ; si Madame.

Qui pourrait bien alimenter une nouvelle rubrique de ce blogue, dès les premières productions livrées, ce jeu ouvert à tous, tombés de la dernière plume ou en usure de grattes-papiers.

Tellement ouvert ce jeu, que vous pouvez le jouer rien qu’entre vous, inviter qui vous voulez à une partie privée ou publique, le bouder définitivement ou pour une période que seul la bouderie sait déterminer, le goûter, le regoûter, le personnaliser. Amis Schizophrènes, vous pouvez aussi jouer contre vous-mêmes !

Pour te faire une idée des règles… dans la version du blogue…
dans un format portable (PDF)…

Pour demander à devenir membre et rencontrer d’autres joueurs ou, m’inviter à une partie…ou, suggérer quelque amélioration ou variante…

Accrochez-toi aux stylos de partout, ça va couler de l’encre !

Post-scriptum : Si tu te sens quelques talents pour l’illustration, ce jeu en aurait bien besoin. J’ai quelques idées mais, te laisse d’abord t’en faire la tienne qui m’intéresse tout au moins…


Bon ben avec tout ça, je ne suis pas encore certain de pouvoir t’offrir un balado pour cette semaine mais, attends un peu…

Un premier bilan teinté de sentiments

L’année s’achève dans le plaisir infini de revivre un peu du plaisir qu’il m’a été donné de te partager un peu de poésie de mon cru. Sous formes de balados que tu peux retrouver ici ; on dit aussi podcast mais, c’est pareil… comme à te les dire directement.

J’ai appris
que, motivé, je savais apprendre par cœur,
que je n’avais pas eu besoin d’un idiot pour m’apprendre à monter en mode basique,
que j’aurais bien besoin du savoir-faire d’un monteur aguerri pour un travail de meilleure qualité,
qu’à lire tes commentaires, mes propositions te touchent,
que j’aime beaucoup te les dire en public,
que j’ai la trouille aussi,
qu’il arrive que mon organisation ne t’offre rien parfois,
que quand-même, le rythme hebdomadaire c’est déjà soutenu avec le travail que ça demande pour t’en poster un,
que je ne sais pas trop bien qui s’est inscrit par mail et reçoit à chaque publication via une lettre en anglais de Blubrry podcasting au lieu de la lettre de Lyncée parce que j’avais mal réglé le truc au départ…,
que je ne sais toujours pas combien Lyncée a d’abonnés sur Itunes, ni si Lyncée est disponible sur google podcast… et tant de réglages qu’il me reste à comprendre dans le détail…,
qu’un technicien efficace serait le bienvenu pour toutes ces questions chronophages pour lesquelles ma motivation se situe à mie hauteur de la tige de la pâquerette,
que plusieurs fois tu t’es trouvé à deux clics de devenir le premier tipeur de Lyncée mais que quelque chose d’indicible et mystérieux t’auras retenu bien malgré toi,
que la page de Lyncée sur Facebook a permis de montrer les visuels de Lyncée tandis que des poèmes s’écoutent,
que des gentils pourvus d’yeux correctement reliés aux aires de l’orthographe pouvaient, en toute amitié, te signaler des coquilles présentent sur ces pages (je vous en remercie)
et, tant d’autres choses zencore…

Allons, trêve de bilan, voici pour le conclure, pour tes prochaines escapades pédestres ou intimes de nuit comme d’amour, avant trépas, , ma compilation de l’année avant que de plonger, ravi dans la suivante :